Dust Bowl de Fabien Fernandez

Date de parution : 29 mars 2018
Nombre de pages : 263
Éditions : Lynks
Illustratrice : Mélanie Delon
ISBN : 9791097434113
Format : Broché
Prix : 14,90 euros
Genre : Fantastique, Histoire, Freaks

Résumé :

Oklahoma, avril 1935. Témoin impuissant du meurtre de son père, Kush fuit la demeure familiale en proie aux flammes. En quête de justice et de vérité, le jeune Forgeron découvre l’existence d’un complot qui pourrait bien changer l’histoire du pays. Déterminé à s’opposer aux plans des Alchimistes, l’ordre occulte responsable de la mort de son père et de celle de nombreux mages Forgerons à travers les siècles, l’adolescent traverse le pays ravagé par le Dust Bowl, tempêtes de poussières dévastatrices nées par la faute des hommes. Au cours de son périple, Kush croise Ruben, un étrange golem, un inquiétant groupe de forains et Alexandria, tireuse de cartes, dont il tombe éperdument amoureux…

Une quête haletante dans un décor d’apocalypse.

Une réflexion passionnante actuelle sur les ravages de l’homme sur l’écosystème.

Une plume originale au service de personnages profondément humains.

Mon avis :

Je me suis lancée dans ce roman totalement à l’aveugle, sans rien savoir du résumé ou des thèmes abordés. Je ne connaissais même pas la signification du titre « Dust Bowl ». Au fur et à mesure, j’ai compris que ce livre se basait sur une catastrophe ayant véritablement existé dans les années 1930 dans l’Oklahoma, le Kansas et le Texas. J’ai alors effectué quelques recherches avant de poursuivre ma lecture. J’ai appris que ce désastre était une conséquence de la mauvaise exploitation des terres par l’Homme. Par le biais du roman, on comprend l’impact tragique de ces événements.

Une fois de plus, je retrouve un des points forts des éditions Lynks qui souhaitent dénoncer, alerter ou informer leurs lecteurs. Grâce à eux, j’ai pris conscience d’un fait que je ne connaissais pas.

Outre cet investissement écologique, Fabien Fernandez raconte l’histoire de Kush, un jeune homme qui assiste malgré lui au meurtre de son père par des Alchimistes. Cet assassinat serait en lien avec des enjeux politiques. N’ayant plus de famille ni de maison, Kush se lance dans un périple pour venger son père et poursuivre ses plans.

L’adolescent est un Forgeron ayant des affinités avec le feu, c’est-à-dire qu’il peut le manier, le créer ou l’éteindre. Plutôt novice, il doit apprendre à maîtriser cet élément seul. Le jeune homme est un personnage fort, touchant, aux qualités indéniables.

Par ailleurs, j’ai aimé découvrir l’Amérique des années 1930 à travers les descriptions et les dialogues où certaines expressions de l’époque nous sont expliquées.

Lors de son voyage, Kush va faire la connaissance de Ruben, un golem à l’image de la créature de Frankenstein. Ce dernier est issu d’une expérience des Alchimistes qui ont pris le « meilleur » de certains humains avant d’assembler ces différentes parties. Ruben est le personnage que j’ai préféré. Il doit apprendre à parler, à marcher ou encore à se laver. Il est également assailli par les souvenirs des humains dont il possède des membres. Avant tout, Ruben cherche aussi sa propre identité. On le voit évoluer tout au long du roman. Sa vision des humains et de leurs émotions est poignante. Il apporte un regard différent sur le monde.

Par la suite, les deux amis vont nous plonger dans l’univers des forains, apportant une autre atmosphère et de nouvelles intrigues au récit dont une romance qui reste très discrète.

Petit à petit, Kush se rapproche de son but mais on ne sait absolument pas comment le roman va se terminer. Je suis un peu déçue que les derniers événements se déroulent si vite. J’aurais aimé avoir un peu plus de détails sur le « après ».

En bref, ce roman mêle Histoire, politique et paranormal tout en délivrant des messages sur l’écologie, la liberté ou encore le développement personnel. Il nous met en garde sur les avancées scientifiques qui ne sont pas toujours bénéfiques. Les personnages principaux sont différents mais tous les deux attachants, j’ai adoré les suivre. Même si la fin est un peu rapide, je recommande chaudement ce livre qui se dévore facilement.

Merci aux éditions Lynks pour leur confiance et l’envoi de ce roman.

Pour en savoir plus sur les éditions Lynks, voici quelques liens :

#PumpkinAutumnChallenge

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s