Flux – Tome 1 Les Enfants de Joans de Célia Barreyre

Date de parution : 3 mai 2019
Nombre de pages : 394
Édition : Marathon Editions
ISBN : 979-10-97570-33-0
Format : Numérique ou Broché
Prix : 7,20 euros – Prix Broché : 18,90 euros
Genre : Science-Fiction, Anticipation

Résumé :

Depuis quelques années, le syndrome de Joans a exterminé une grande partie de la population. Personne ne sait comment le virus est né et personne ne sait comment le guérir. Tous les adultes contaminés sont morts.

Confinée depuis sa dernière crise sur un campus médicalisé, Lili, dix-sept ans, passe le plus clair de son temps avec ses amis. En attendant celle qui lui sera fatale, elle profite du temps qui lui reste pour vivre une vie de jeune fille comme les autres. Son quotidien est bouleversé lorsqu’elle fait la connaissance des jumeaux. Pourquoi sont-ils venus dans le centre de leur plein gré ? Ils ont la vingtaine passée et n’ont toujours pas succombé à une crise. Détiennent-ils un secret ?

Mon Avis :

Dans ce roman, le monde a été dévasté par un virus, le syndrome de Joans. Celui-ci entraîne une forte fièvre qui peut se révéler fatale. Tous les adultes contaminés sont morts. Chacun a perdu un ou plusieurs membres de sa famille. L’espérance de vie ne dépasse pas la vingtaine d’années pour les porteurs du virus. Malheureusement aucun traitement n’a été trouvé.

Dans ce contexte particulier, les adolescents touchés se retrouvent dans des centres spécialisés, appelés CETSA, où ils peuvent poursuivre leurs études tout en ayant un suivi médical approprié. J’ai beaucoup aimé cette intrigue que je trouve plutôt originale. Au départ, on découvre la vie dans un de ces établissements où la directrice, Mme Vega, souhaite que les enfants puissent avoir une vie normale. Pourtant, on comprend rapidement que cela n’est pas possible. Chacun vit dans la crainte de perdre un être cher. Les adolescents sont enfermés dans ces centres et tout contact avec l’extérieur demande des démarches longues et fastidieuses. Mais les conditions ne sont pas prêtes de s’améliorer lorsque l’armée prend possession des lieux…

Nous suivons Lili, une jeune fille de 17 ans, ayant eu déjà deux crises à cause du virus. Bien que ce soit l’héroïne, je me suis pas vraiment attachée à elle, non pas à cause de l’auteure mais plutôt par rapport à la personnalité de Lili. Bien sur, j’ai eu peur pour elle ou me suis révoltée face à certaines situations. Elle ne m’a pas laissé indifférente mais son caractère de cochon m’a souvent agacée. Sa façon d’être désorganisée, de tout faire à la dernière minute est aussi relativement éloignée de mes habitudes. D’autres lecteurs apprécieront certainement mieux notre héroïne que moi.

A un moment donné, Lili va faire la connaissance d’Emma et David, des jumeaux porteurs du virus. Le plus troublant, c’est qu’ils ont 25 ans, un âge impossible à atteindre en théorie. Grâce à eux, on découvre le syndrome de Joans sous un nouvel œil. L’histoire prend un axe absolument différent et nous révèle des options inconnues jusqu’à présent. On comprend alors le sens du titre et ce qu’est le Flux. Je ne dirai pas un mot de plus sous peine de vous gâcher le plaisir !

Un de mes personnages préférés est Yann, le meilleur ami de Lili. Il est débrouillard, espiègle et féru de technologie. Finalement, c’est un peu le couteau-suisse du groupe. A l’aide de ses connaissances informatiques, les protagonistes en apprennent plus sur ce qu’il se passe à l’extérieur du CETSA. Souvent moqué, il passe outre la critique et reste droit dans ses bottes.

J’ai également beaucoup aimé Val, une amie de l’héroïne, à croire que j’adore les personnages plus atypiques. Souvent dans la lune, elle est très discrète et plongée dans sa musique ou ses dessins la majorité du temps.

Il existe encore beaucoup de pensionnaires que je n’ai pas abordés comme Zee, Eli, Alex, Anissa ou Marie. Dans l’ensemble, même si les personnages peuvent sembler nombreux, on ne se perd pas. Chacun a sa propre personnalité, un caractère particulier qui le rend unique vis à vis du reste du groupe. Ceci est valable aussi bien pour les « gentils que les méchants ».

Concernant la plume de Célia Barreyre, je l’ai trouvée très agréable. L’auteure prend le temps de nous décrire l’évolution de la maladie, le fonctionnement du CETSA et de nous présenter ses personnages. C’est ce point qui les rend aussi réels et attachants. Le livre est crédible, on se prend au jeu et on attend avec impatience d’en savoir plus. Toutefois, j’ai trouvé que l’intrigue prenait un peu de temps à se mettre en place avec quelques longueurs. Rien d’insurmontable, d’autant plus que le récit prend un second souffle vers la moitié du roman et nous plonge dans une histoire fantastique avec de nouvelles possibilités.

En bref, je recommande cette histoire originale qui mêle une intrigue mystérieuse à des personnages forts. Le suspens est présent tout comme les rebondissements. L’action est là même si les descriptions sont un peu longues au départ.

Merci à Marathon Editions pour ce service-presse et leur confiance !

Pour en savoir plus, voici quelques liens :

Les copines en parlent aussi :

Un commentaire Ajouter un commentaire

  1. Merci pour cette chronique !

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s