L’Héritière des Abysses par Sylvia Da Luz

Date de parution : 1 Octobre 2019
Nombre de pages : 348 pages
Éditions : Au Loup Editions
ISBN : 979-1-093950-74-7
Format : Broché
Prix Broché : 16,50 euros
Genre : Fantasy, Jeunesse

Résumé :

La vie de Marie-Morgane change brusquement à l’arrivée d’Ael au foyer où elle vit. Le jeune homme semble s’intéresser étrangement à elle. Mais pour quelle raison ? Rien ne la différencie des autres à part les étranges visions qu’elle a parfois. Elle ne sait rien de son passé, si ce n’est qu’elle a été abandonnée très jeune par sa mère.

Venu d’un monde où les sirènes mènent une guerre ancestrale contre les harpies, Ael va désormais devoir la protéger et la conduire à Origême où elle découvrira son véritable destin.

Mon Avis :

Avant de parler du roman en lui-même, je dois avouer que j’ai totalement craqué pour cette magnifique couverture de Tiphs. Je trouve qu’elle possède un talent incroyable et son univers me fascine. Je vous conseille vivement de faire un tour sur son site pour voir ses œuvres !

Pour revenir au livre, Sylvia Da Luz nous promet une histoire avec des créatures mystiques, les sirènes et les harpies. Je trouve que ces dernières sont peu exploitées en littérature. Pourtant, je suis très friande de lire des romans à ce sujet. Il me semblait donc indispensable de lire ce petit bijoux.

Le récit débute dans notre monde. Nous suivons le quotidien de Marie Morgane, une adolescente solitaire vivant dans un foyer. Différente des jeunes de son âge, elle se mêle rarement aux autres, préférant de loin assurer son avenir en travaillant dur et en espérant pouvoir devenir une grande violoniste.

Marie Morgane n’est pas le genre d’héroïne classique parfaite que l’on aime au premier regard. J’ai eu un peu de mal à m’attacher à elle au départ à cause de son caractère indépendant. Toutefois, j’étais très curieuse de voir ce qui se cachait réellement sous sa carapace. On découvre au fur et à mesure son passé douloureux. Il m’aura fallu un certain temps pour finir par vraiment l’apprécier. Néanmoins, elle semble réelle, certains lecteurs parviendront certainement à s’identifier à elle.

Evidemment, Marie Morgane évolue aux côtés d’autres personnages qui sont parvenus à me plaire bien plus rapidement tels que Kaano, Ael ou Pola. Je ne vais pas m’attarder sur chacun d’eux mais l’auteure est parvenue à développer des personnages différents, chacun possède sa propre personnalité.

La plume de Sylvia Da Luz est très fluide et abordable. Elle ajoute petit à petit des éléments qui viennent titiller notre curiosité et annoncer les événements à venir. Malheureusement, j’ai très rapidement compris les enjeux du roman ce qui a un peu gâché ma lecture. Certaines scènes nous donnent des indices, j’ai alors pensé à plusieurs hypothèses qui se sont confirmées par la suite. Il ne faut pas oublier que ce roman est destiné à la base aux enfants dès 9 ans. Ceux-ci ne verront certainement pas les choses de la même manière que moi.

Un autre petit bémol que je tiens à souligner, c’est le rythme du récit. Sylvia Da Luz a imaginé un monde sous marin de A à Z. Elle prend le temps de nous donner une multitude de détails. Le lecteur possède des informations aussi bien sur les coutumes alimentaires, religieuses, vestimentaires mais aussi sur la politique ou le système éducatif. Tout reste très compréhensible et accessible. J’étais à la fois émerveillée de découvrir cet univers et en même temps, je trouvais que le récit avait du mal à avancer. Finalement, ce roman est une immersion dans un monde extraordinaire à imaginer et donc à lire mais les descriptions et la mise en place de cet univers ralentissent la progression de l’intrigue. Le rythme était donc trop long à mon goût et manquait de scènes plus actives et de suspens.

Enfin, puisque ce roman est destiné aux plus jeunes, je tiens à souligner que l’auteure transmet de très beaux messages via son histoire. La tolérance occupe une place importante mais l’on évoque aussi à plusieurs reprises la protection des océans. J’aime beaucoup quand un récit peut apporter quelque chose au lecteur non seulement pour le côté rêveur mais aussi pour les enseignements que l’on peut en tirer.

En bref, même si ce livre ne m’a pas autant convaincue que je l’aurais souhaité, je ne peux pas nier la qualité de cet ouvrage.

Merci une nouvelle fois à Au Loup Editions pour cette collaboration.

Pour en savoir plus, voici quelques liens:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s