Rose Eternelle d’Ophélie Duchemin #PLIB2021

Date de parution : 7 avril 2020
Nombre de pages : 516
Éditions : Plume Blanche
ISBN : 9791094786673 #ISBN9791094786673
Format : Numérique ou Papier
Prix : 5,99 euros – Prix Broché : 20 euros
Genre : Fantasy, Romance, Réécriture de conte

Résumé :

Trahison.
Complots.

Voilà que le destin guide les pas de Méliane aux pieds de la Mérilara, ce mystérieux arbre couvert de roses, protecteur et gardien d’une famille royale déchue.

Dans l’ombre, rôde la Bête, monstrueuse et redoutable, que Méliane devra apprivoiser pour sauver les siens.

« Il ressemblait à un prédateur. Dangereux, sauvage et il était aussi autre chose. Quelque chose d’indéfinissable. »

Mon avis :

Rose Eternelle est une réécriture du conte de la Belle et la Bête. Faisant partie de la génération Disney qui regardait les cassettes en boucle, autant vous dire que ce n’est pas la première fois que je me penche sur ce type de réécriture. Celle-ci est particulièrement réussie selon moi.

Tout d’abord, je suis tombée amoureuse de la plume d’Ophélie Duchemin que je trouve soignée, presque poétique sans pour autant être lourde ou inaccessible. Pour moi, son style correspond parfaitement à ce genre littéraire. Alors oui, puisqu’il s’agit d’une histoire dans un univers de Fantasy, l’auteure prend le temps de poser le décor, de développer le contexte et d’introduire ses personnages. Je n’ai pas vraiment trouvé de longueurs et je me suis laissée totalement happer. D’ailleurs, je jonglais entre la version papier et la version audio. La narration d’Alexandra Mori m’a conquise et m’a d’autant plus immergée dans cette histoire. J’ai adoré ses changements de voix pour les dialogues. N’hésitez pas à aller écouter un petit extrait.

Concernant l’aspect réécriture, cette version est plus étoffée mais également très originale. On sait de quel conte il s’agit sans pour autant avoir l’impression de lire une pale copie de l’œuvre de départ. Sans être spécialiste, je préfère le roman d’Ophélie qui transmet d’autres messages, apporte plus de complexité. Je n’ai pas envie de révéler toutes les subtilités que l’on retrouve dans ce livre, il faut vraiment se laisser surprendre mais je vais tout de même essayer de vous tenter avec quelques aspects qui ont pu me plaire.

Au niveau des personnages, on retrouve l’emblématique Belle sous les traits de Méliane ainsi que la Bête via le personnage d’Adrian. Tous deux possèdent un caractère fort et ont été profondément marqués par leur passé. Dans cette version, Méliane ne rencontre pas la Bête pour la même raison ni de la même manière. Leurs premiers échanges sont vraiment explosifs ! J’ai trouvé que Méliane était plus présente et se laisser moins faire que Belle. De façon générale, la place de la femme dans ce récit connaît une évolution fort plaisante.

Par ailleurs, j’ai souvent entendu parler du syndrome de Stockholm vis à vis de l’histoire d’amour entre Belle et la Bête. Dans Rose Eternelle, je ne pense pas qu’on puisse faire le même parallèle. La relation entre les deux personnages évolue différemment. On comprend mieux les sentiments de chacun. La malédiction qui touche Adrian n’est pas non plus survenue pour les mêmes motifs. On revient sur son passé ce qui rend le jeune homme plus touchant même s’il garde un caractère de cochon.

Je me suis véritablement attachée aux deux héros mais j’ai aussi beaucoup aimé les personnages secondaires. On rencontre des protagonistes « inédits » tels que le frère et la sœur de Méliane, ou encore certains amis d’Adrian par exemple. On retrouve également des personnages connus comme Madame Samovar, Gaston et bien d’autres même s’ils se nomment différemment et n’occupent pas tout à fait le même rôle.

L’intrigue est vraiment plus fournie et poussée que dans le conte initial. Il existe plusieurs menaces, des complots, des trahisons qui s’imbriquent intelligemment au reste du récit et apportent du suspense et des moments de tension pour parfaire la qualité de ce roman. Le seul petit bémol que j’ai noté vient de l’accélération du rythme sur les dernières pages. Certains points sont clôturés/expliqués trop rapidement pour moi.

Enfin, je tiens également à souligner le travail éditorial fourni pour ce roman. Je suis subjuguée par l’illustration de couverture. J’ai adoré les petits détails glissés au sein du livre ou encore la carte proposée pour comprendre cet univers. Une fois de plus, les éditions Plume Blanche proposent un travail incroyable.

Pour les plus curieux, ce tome pourrait se suffire à lui même, cependant, il semblerait que deux tomes soient encore prévus autour d’autres personnages (et donc d’autres contes). On le devine assez bien avec l’arrivée d’un certain prince Eric 😉 La couverture du tome 2 a été dévoilée, je suis extatique !

En bref, je vous recommande chaudement cette réécriture pour la beauté de la plume d’Ophélie, la complexité et l’originalité qui sont proposées.

Pour en savoir plus sur ce roman, voici quelques liens :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s