Le Faucon Déniché (BD) de Steven Dupré et Maxe L’Hermenier

Date de parution : 25 Février 2021
Nombre de pages : 56
Éditions : Editions Jungle ! (Pépites)
ISBN : 9782822230551
Format : Numérique ou Papier
Prix : 8,99 euros – Prix Broché : 14,95 euros
Genre : Jeunesse, Historique

Résumé :

Né dans une famille de « manants », Martin n’a pas le droit d’avoir un faucon, privilège réservé au seigneur. Il décide d’enfermer son oiseau dans une cage qu’il dissimule dans une maison abandonnée. Mais, un soir, démasqué par le fauconnier, il se retrouve en
prison…

Centré sur la relation entre l’enfant et l’oiseau, le livre met en scène à la fois une question propre à la société médiévale celle du privilège de la chasse, et une question intemporelle : doit-on respecter une loi inique ?

Mon avis :

Le Faucon Déniché est une bande dessinée adaptée du roman du même nom écrit par Jean-Côme Noguès. N’ayant pas lu ce classique, je ne peux donc pas vous dire si l’adaptation est juste et respecte l’œuvre originale à la perfection. Néanmoins, j’ai passé un agréable moment de lecture et je suis curieuse de découvrir la plume de cet auteur.

Nous suivons Martin, fils de paysan, qui déniche et adopte un faucon alors que ceci est réservé au seigneur. Le jeune garçon cache son oiseau dans une maison abandonnée jusqu’au jour où le maitre fauconnier le surprend…

Il est très facile de s’identifier ou de s’attacher à notre petit héros. Comme tous les enfants, Martin rêve d’avoir son animal, de pouvoir jouer avec lui, partager de bons moments etc. Il n’a pas conscience des conséquences de ses actes. Malgré l’avertissement de ses parents, Martin n’en fait qu’à sa tête, rien ne l’arrête.

Le récit est très bien ficelé et avance à un bon rythme. Martin vit des moments difficiles, notamment lorsqu’il fait un séjour en prison suite au « vol » du faucon. On explore ainsi une partie de notre Histoire à l’époque médiévale en revenant sur les privilèges qui étaient réservés aux plus riches.

De plus, on évoque les conséquences de la captivité pour un animal ainsi que le danger que l’Homme représente pour la faune. On le comprend particulièrement à la fin avec ces dernières pages qui sont absolument bouleversantes. Je dois avouer que j’ai été un peu sonnée, on passe d’une émotion à une autre en quelques minutes seulement. Je n’ai rien vu venir.

Au niveau des illustrations, le style est plutôt classique selon moi mais peut donc convenir au plus grand nombre. La beauté des dessins ne vient pas éclipser l’importance du message. Les expressions des personnages permettent de vraiment saisir les émotions et les intentions de chacun. Le graphisme m’a fait penser, avec nostalgie, aux contes de mon enfance.

En outre, l’objet livre possède une très belle finition. La couverture est vraiment magnifique avec ce titre en surbrillance qui attire l’œil. On retrouve aussi un ruban qui permet de marquer sa page. Enfin, après l’histoire, on retrouve quelques pages qui fournissent des informations sur l’auteur ou les châteaux forts. Il y a également des jeux ou encore des questionnaires pour savoir si l’enfant a bien suivi et compris sa lecture. Bien plus qu’une bande dessinée, c’est un véritable outil pédagogique et un livre de collection qui fera un joli cadeau.

Merci à Babelio et aux éditions Jungle pour l’envoi de cet ouvrage !

Pour en savoir plus, voici quelques liens :

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s