Apocalypse Riders – Tome 1 : Le Tanneur de Borya Zavod

Date de parution : 16 Avril 2021
Nombre de pages : 210 pages
Éditions : Evidence Editions
ISBN : 9791034818723
Format : Numérique ou Papier
Prix Numérique : 7,99 euros – Prix Broché : 14 euros
Genre : Science-Fiction, Thriller

Résumé :

Quand le type, une espèce de tafiole comme on les déteste est venu nous trouver, on a hésité à lui faire la peau pour lui apprendre à venir narguer les Loups. Daddy, le président de la meute nous a calmés. Il a voulu qu’on écoute le guignol. Et ce fut plus qu’intéressant ! J’entends par là qu’il y avait un bon paquet de pognon à se faire. Le mec disposait de sa grand-mère dans un frigo. La vieille avait une œuvre d’art tatouée dans le dos. Il voulait que je la tanne, histoire de refaire la déco de son manoir. Et il était prêt à mettre du fric en jeu, pas qu’un peu.

Le hic, c’est que ce genre de pièce et de montant, ça attire du monde.

Et pas des tendres… Une fois de plus, il a fallu mettre les mains dans le raisin pour s’en sortir. De nos jours, c’est compliqué de tout régler avec diplomatie, tant pis, on sait faire autrement ! On peut dire que ça a saigné sévère. Remarque, ce n’est pas trop un problème, l’action, c’est le genre de truc qu’on aime.

Mon avis :

Depuis ma découverte des Wild Crows de Blandine P. Martin, je suis à la recherche de romans sur l’univers des bikers. C’est donc avec beaucoup d’espoir et d’attentes que je me suis intéressée à la saga Apocalypse Riders et… j’en suis tombée de mon fauteuil ! 🤣

Attention, ce livre est trash et s’adresse à un public averti.

Borya Zavod est un ancien mercenaire serbe dont les textes ont été traduits par Jérémy Bouquin et Stanislas Petrosky.

Dès les premières lignes, le lecteur est plongé au cœur de l’action et assiste à une scène de torture entièrement détaillée sur plusieurs pages. Le ton est donné. Si le côté cru du récit peut déstabiliser, il permet de savoir d’emblée si ce roman est fait pour nous ou non. Pour ma part, ma curiosité a été attisée. Je n’avais encore jamais rien lu de semblable. Je voulais donc savoir ce que l’auteur avait à proposer.

Ce roman se déroule dans un futur proche et nous dévoile une France apocalyptique ou post-apocalyptique, divisée en plusieurs territoires dont la majorité est dirigée par la Russie. Le contexte politique et les raisons de ce climat sont dévoilés au fur et à mesure. Vous ne trouverez pas de longues descriptions ennuyeuses expliquant en détails ce qui est arrivé. Les informations viennent à point, sans casser le rythme de l’histoire. Viol, torture, meurtres, drogue et alcool rythment le quotidien.

Dans ce tome, nous faisons la connaissance d’un groupe de bikers dont le plus âgé (quatre-vingt ans environ) se nomme Tonton alias Le Tanneur qui est le narrateur de ce récit. Mais ce n’est pas son âge qui va le freiner. Notre papy continue d’avaler les kilomètres malgré son arthrite et ses douleurs lombaires. Proche de l’infarctus, il accepte des contrats aussi dangereux que juteux tout en tuant ou plutôt en torturant (avec lenteur et délectation) ceux qui se mettent en travers de son chemin. Accompagné de son président, Daddy, et d’autres gars de la meute, Tonton nous raconte son histoire.

Et quelle histoire ! En échange d’une jolie somme, le vieux biker doit tanner la peau d’une grand-mère décédée depuis plusieurs années, dont le corps repose dans le congélateur de son client. En effet, un tatouage de grande valeur orne le dos de mamie.

« Mémé dort au congélo, la vieille attend au rayon frais et, lui, il cherche un tanneur, logique, aucun lézard. »

Evidemment, le contrat ne se déroule pas comme prévu mais la meute est bien décidée à mener cette mission à terme.

Même si nos personnages principaux sont loin d’être des enfants de chœur, on s’intéresse de près à leur sort. Ils ont le chic pour se retrouver dans des situations toujours plus complexes et scabreuses. Ca saigne et ça explose dans tous les sens ! Outre cette violence, on retrouve également un humour décalé, barré, loin d’être clean mais qui nous permet d’être totalement imprégné par la noirceur de ce monde. Les scènes de torture ou d’affrontement sont particulièrement bien décrites, certainement en lien avec le passé de l’auteur.

En bref, je n’ai pas vu le temps passé en compagnie de ces bikers aussi crus que violents. Le rythme est bon. Tension et humour sont au service du gore pour un résultat inattendu et hors du commun. Les premiers mots qui me sont venus à la fin de cette lecture ont été :  » Qu’est-ce que je viens de lire ? » mais aussi « C’était génial, il me faut la suite ! »


Pour en savoir plus sur ce roman, voici quelques liens :

Les avis des copines :

Un commentaire Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s